Noirs desseins au Musée d’Orsay

Tout voyage de la langue est une remontée des Enfers.

CAMEZINE

Avec L’ange du bizarre, Le romantisme noir de Goya à Max Ernst, le Musée d’Orsay nous entraine du côté obscure en revisitant les courants artistiques qui se sont inspirés de la croyances  et des mythes et légendes sombres. C’est précisément en conséquence des lumières apportées par l’Humanisme que les croyances populaires et ésotériques refont surface plus vivaces que jamais. La Révolution Française réveille les pulsions interdites par le joug de la Science pour faire éclater la transgression dans la noirceur.

L’exposition s’articule selon 3 parties chronologiques :

– la renaissance
– le symbolisme
– le surréalisme

 Image

La présentation se plaît à faire un lien avec les twilights et autres lougs garou des temps modernes mais heureusement pour nous, peu d’ado blafard. Ce sont plutôt les symboles du Malin qui se cachent dans des ténèbres contrastant avec les jeunes vierges. On explore la perte de maîtrise et le cauchemar.

Image

L’imaginaire pénètre…

View original post 183 mots de plus

Publicités